#49 5-22 L’histoire du Prophète Mouça

Mouça est resté dix années sur la terre de Madyane chez son beau-père Chou^ayb. Comme ses proches lui manquaient, il décida de leur rendre visite et entreprit un voyage avec sa famille : sa femme et leurs deux enfants l’accompagnaient. Il emmena aussi les moutons qu’il avait gagnés à Madyane pendant son séjour.

Sur la route, par une nuit sombre et froide, dans laquelle ALLÂH voulait honorer Mouça et que commence la révélation, Il lui fit entendre Sa Parole.

Mouça s’était égaré avec sa famille au point de ne plus retrouver la route habituelle. De plus, sa femme qui était enceinte fut prise de contractions en cette nuit remplie de pluie, de coups de tonnerre et d’éclairs.

Mouça tenta d’allumer un feu mais sans succès. Il vit alors du côté du mont « At-Tour » une lumière qu’il prit pour un feu. Il s’en rapprocha et quand il arriva dans la vallée de Touwa au pied du mont « At-tour », il a découvert une lumière immense qui s’étendait des nuages du ciel jusqu’à un arbre gigantesque et vert. Certains ont dit que c’était une sorte d’épineux.

Alors que Mouça était hésitant, Allah ta^ala lui ordonna de se déchausser et d’avancer pied-nus sur cette terre bénie puis  de jeter à terre son bâton qu’il tenait dans sa main droite. Une fois jeté, le bâton s’est transformé en un serpent d’une taille colossale, aux canines énormes et qui se déplaçait rapidement. Le voyant sous cette apparence, Mouça fit demi-tour et s’éloigna sans se retourner. Allah ta^ala lui révéla de revenir sans crainte et qu’il serait en sécurité. 

Mouça est revenu et reçut l’ordre de saisir le serpent. Quand il posa sa main dessus, le serpent redevint bâton par la puissance de Allah.

Puis Allah ordonna à Mouça de glisser sa main dans la fente de sa tunique et de la ressortir. Sa main était d’une blancheur scintillante comme la lune.

Ces deux miracles allaient constituer une preuve de la part de Allah de la véracité de Mouça, quand il se rendrait auprès du Pharaon et ses gens qui étaient mécréants et qu’il leur ordonnerait d’entrer en Islam la religion agréée par Allah et de ne plus rien Lui associer. Avec sept autres signes, cela fait neuf signes que Allah a cités dans le Qour’an.

Et sachez, que Allah vous accorde Sa miséricorde, que Allah ta^ala a fait entendre Sa Parole à son Prophète Mouça Sa parole éternelle, qui n’est ni lettre, ni son, ni langue, sans l’intermédiaire d’un Ange ou autre. Allah a levé le voile à son Prophète Mouça et c’est ainsi qu’il a entendu La Parole de Dieu sans comment, qui ne ressemble pas à notre parole. C’est l’exégèse de la Ayah : wa kallamAllâhou Mouça tkliimaa. Qui signifie : « Et Allah a parlé à Mouça assurément. »

Allah soubhanahou wa ta^ala a révélé à Mouça qu’il a fait de lui un Prophète Messager, Il lui a ordonné d’aller voir Pharaon pour l’appeler à n’adorer que Allah, à croire en Son unicité et à délaisser la mécréance. Mouça a alors demandé à Allah qu’il envoie son frère Haroun en tant que Prophète avec lui pour l’assister et l’aider. Il le seconderait et serait avec lui dans l’obéissance de Allah.

Allah a exaucé son invocation et lui a fait savoir que son frère l’aiderait.  Mouça fut apaisé d’apprendre aussi que Pharaon et son armée ne parviendraient jamais à les tuer ni à avoir le dessus sur eux deux. Et Allah sait plus que tout autre !

Dans le prochain épisode vous découvrirez comment le Pharaon a réagi à l’invitation des deux Messagers à embrasser l’Islam. Suivez nous donc et A bientôt !