vendredi mai 17, 2024
  1. La prière en assemblée est une obligation d’ordre collectif pour les hommes libres, sédentaires et pubères,

    à l’exception de ceux qui ont une excuse pour s’en abstenir. Les femmes en sont dispensées.

    Selon  les cas,  la  prière  peut être  une  obligation d’ordre personnel ou collectif, recommandée (Sounnah) ou déconseillée, mais permise. Elle est une obligation d’ordre collectif pour les cinq prières obligatoires.

    Cette obligation se réalise en l’accomplissant dans une mosquée, c’est-à-dire un lieu réservé à jamais pour la prière. Dans une grande ville, il peut y avoir plusieurs lieux de prière de sorte que les gens puissent les atteindre sans grande difficulté.

    La prière en assemblée est recommandée (Sounnah) pour la prière de Tarâwiyh (prières surérogatoires pendant les nuits de Ramadan), des deux ^iyd et des prières similaires. Cependant, celui qui n’a pas fait ces prières en groupe, peut tout de même les accomplir en solitaire.

    Il est déconseillé (Makrouh) de faire une prière de rattrapage derrière un Imâm qui est en train d’accomplir une prière dans son temps. Entrent dans cette catégorie, toutes autres situations similaires, comme le fait de prier derrière un pervers. Cependant de telles prières restent valables, mais déconseillées. Il est donc préférable de les accomplir seul.

    La prière en groupe est interdite lorsque la prière de l’Imâm et celle du Ma’moûm sont de structures différentes, tel le fait de prier le Sobh derrière celui qui fait la prière de l’éclipsé solaire ou lunaire.