#38 8-11 L’histoire du Prophète YOUÇOUF

Les habitants de Palestine et du Cham ont aussi ressenti la faim et la difficulté qui touchaient de nombreuses contrées et ont appris qu’il y avait des vivres en Égypte.

Ainsi la renommée du Prophète Youçouf, le chargé des vivres s’est diffusé partout. Sa bonne réputation due à son équité, sa clémence et sa douceur s’est propagée au-delà de l’Egypte jusqu’à Jacob qui a dit à ses fils : j’ai appris qu’il y a un roi vertueux en Egypte alors allez le voir et passez-lui mon salam.

Ses fils se sont mis en route pour l’Egypte avec des chameaux et des ânes pour rapporter des vivres. Ils emmenaient aussi de l’argent pour acheter les vivres pour la famille. Arrivés en Egypte, ils sont entrés chez Youçouf qui les a reconnus dès qu’il les a vus alors qu’eux ne le reconnaissaient pas.

Après avoir été généreux et les avoir bien reçus en leur témoignant magnanimité, largesse et générosité, Youçouf a fait préparer leur chargement en leur fournissant ce qu’il avait l’habitude de fournir à chacun: la charge qu’un chameau peut transporter. Il s’était enquis de leur situation et demandé combien ils étaient et comme il les voyait tous devant lui sauf Benyamin, son petit frère, il leur dit : amenez-moi votre demi-frère.

Il les avait amadoués pour obtenir des renseignements sur lui et avait appris qu’il restait auprès de son père qui ne permettait pas qu’il le quitte tellement son amour pour lui était fort. Ils lui dirent : nous étions 12 garçons mais l’un de nous est parti alors son frère de même père et mère est resté avec notre père. Il leur dit : si vous revenez l’année prochaine, amenez-le avec vous et je vous recevrai très bien. Puis il a prononcé des paroles pour les encourager à l’amener et des paroles pour les dissuader de ne pas le faire en leur disant que s’ils ne revenaient pas avec lui, il ne leur donnerait pas de grain. Ils lui ont dit qu’ils demanderaient à leur père et qu’ils feraient tout leur possible.

Youçouf, craignant qu’ils n’aient pas de quoi payer en échange du grain quand ils reviendraient la deuxième fois, il a ordonné alors à ses serviteurs qu’ils replacent dans leurs bagages l’argent avec lequelle ils étaient venus pour acheter les vivres sans qu’ils s’en rendent compte. Il espérait qu’ils reviendraient et c’était pour lui un moyen de les faire revenir.

Ses frères sont retournés chez leur père Jacob avec leurs montures chargés de vivres et lui dirent : Ô père ! Le vizir d’Egypte a été extrêmement généreux avec nous et nous a dit de revenir avec Benyamin et que si nous ne revenions pas avec lui, il ne nous fournirait pas de grain et que ce ne serait même pas la peine de revenir dans son pays. Alors envoie notre frère Benyamin pour qu’il prenne une mesure de grain en plus de la nôtre et nous veillerons à ce qu’il ne lui arrive rien de fâcheux pendant le voyage.

Quand les frères de Youçouf ouvrirent leurs bagages pour en sortir les vivres rapportés d’Egypte, ils découvrirent l’argent grâce auquel ils avaient payé Youçouf intact. Cela a renforcé leur détermination de parler avec leur père, ils lui ont dit : qu’est-ce qu’on veut de plus ? Qu’espérer de plus ? Notre argent nous a été rendu ! Si tu nous permets d’emmener Benjamin avec nous, on ramènera des provisions pour la famille et on veillera sur lui. Grâce à lui on pourra ramener un chargement de chameau supplémentaire, ce qui ne pose aucun problème au roi qui nous a demandé de ramener notre frère.

Jacob était extrêmement attaché à son fils Benyamin parce qu’il lui rappelait Youçouf et que sa présence l’apaisait.

La famine dans le pays de Jacob s’est intensifiée, ce qui l’a amené à accepter de laisser Benyamin voyager avec eux. En effet, s’ils n’avaient pas eu absolument besoin de ces vivres, lui et son peuple, il n’aurait pas envoyé son fils chéri avec eux. Il n’a accepté de leur confier Benjamin qu’à condition qu’ils fassent serment de le ramener avec eux sauf au cas où ils en seraient tous incapables. Après qu’ils ont fait serment de remplir les conditions qu’ils avaient imposées, Jacob a dit : Allâh est témoin de ce que nous avons dit et leur a rappelé qu’il était incapable de leur éviter ce que Allâh leur a prédestiné et veut pour eux car on ne peut contrecarrer le destin. En effet, la Volonté de Allâh se réalise toujours.

Voilà on arrive à la fin de cet épisode et dans le prochain on parlera de la réunion de Youçouf et Benyamine. Suivez nous donc et à bientôt.