#43 1-2 L’histoire du Prophète YOUNOS

Cet épisode est consacré au Prophète Younous, Jonas. Qui était-il ?

Il était le fils de Matta et son ascendance remonte à Benyamin, le frère du Prophète Youçouf. Il a été cité dans le Qour’an honoré par son nom Younous et aussi par son surnom dhounnoun.

Allâh a fait de lui un Prophète Messager envoyé aux habitants de Ninive (Ninawa) qui vivaient sur le territoire de Mossoul en Mésopotamie (l’Irak actuel). Ils étaient plus de 100 000. Comme tous les Prophètes, il les appelait à la religion de l’Islam. Mais l’idolâtrie s’était propagée et certains habitants vouaient un culte à des idoles dont l’une s’appelait ^Achtar. Le Prophète Younous les invitait à la religion musulmane, à n’adorer que Allâh et à ne plus prendre de statue comme divinité mais ils l’ont démenti, se sont insurgés, ont refusé son appel et ont persisté sur leur mécréance. Il est rapporté que Younous est resté parmi eux pendant 33 ans à les appeler à l’Islam mais que durant toute cette période seuls 2 hommes sont entrés en Islam.

Le Prophète Younous a averti les habitants de Ninive qu’ils subiraient un châtiment s’ils ne croyaient pas en lui et ne suivaient pas les lois de l’Islam puis il les a quittés en colère contre eux, ayant perdu espoir qu’ils acceptent son appel.

Cependant, il n’avait pas invoqué Allâh pour Lui demander l’autorisation avant de les quitter, afin qu’il s’en aille sur ordre de Son Seigneur. On comprend d’une Ayah de Sourat Al Anbiya’ que Dhoun-Nôun (Yôunous) est parti en colère contre son peuple, il pensait que Dieu n’allait pas le rétribuer pour avoir laissé son peuple avant d’avoir reçu l’autorisation de la part de Dieu.

Il a invoqué dans les obscurités (c’est-à-dire dans le ventre de la baleine) lâ ‘ilâha il-lâ ‘ant, soubHânaka ‘innî kountou mina dh-DHâlimîn. Dieu l’a exaucé et Il l’a sauvé de l’épreuve. Cette Ayah a souvent été mal comprise, nous allons l’expliquer.

Il est important de savoir que les Prophètes sont les meilleurs des créatures et sont préservés de la mécréance, des grands péchés et des petits péchés de bassesse avant la révélation tout comme après.

Ainsi ce qui est cité dans le Qour’ân signifie que le Prophète Yôunous était en colère contre son peuple qui refusait la religion de vérité. Cela ne veut en aucun cas dire qu’il était en colère contre Dieu, car se rebeller contre Dieu est de la mécréance. Or croire qu’un Prophète peut commettre de la mécréance fait sortir de l’Islam.

Il en est de même pour ce qui est cité dans la ayah : faDHanna an lan naqdira `alayh cela veut dire qu’il pensait que Dieu n’allait pas le rétribuer pour avoir quitté son peuple avant d’avoir Son autorisation et cela ne veut pas dire qu’il pensait que Dieu serait impuissant, car cela est aussi de la mécréance et comme nous venons de le dire, attribuer la mécréance à un Prophète invalide la foi.

Il y a en effet dans le Qour’an des versets dits équivoques qu’on ne peut prendre selon leur sens apparent, alors faites attention.

A peine Yôunous s’était-il éloigné de Ninive que des signes de châtiment et des manifestations de destruction sont apparus à ses habitants. Des nuages sombres ont couvert le ciel. Une fumée intense s’était diffusée et s’abattait maintenant jusqu’à envelopper leur ville et noircir les toits des constructions.

Certains que la destruction et le châtiment étaient imminents, ils ont cherché Yôunous mais ne l’ont pas trouvé. Ils sortirent alors à l’extérieur de la ville. Ils avaient séparé les enfants des femmes, les bêtes de leurs petits. Les uns réclamaient les autres, les supplications se multiplièrent et le tumulte s’amplifiait.

Allâh Ta`âlâ leur inspira alors le repentir. Ils étaient sincères dans leur intention de revenir au droit chemin. Ils ont donc interrogé un vieil homme qui suivait notre Maître Yôunous en disant : « Le châtiment est proche, que devons-nous faire ? » Le vieillard musulman leur répondit : « Croyez en Allâh et en Son Messager (c’est à dire entrez en Islam en témoignant qu’il n’est de dieu que Allâh et que Yôunous est le Prophète de Allâh), et repentez-vous. » C’est ainsi qu’ils ont cru en Allâh et en Son Messager Yôunous. Ce fut un moment historique et mémorable. C’est ainsi qu’ils ont échappé au châtiment. Ils sont donc retournés chez eux sains et saufs en étant croyants. Et il a été dit que ce jour-là était un vendredi 10 du mois de Mouharram, le jour de `Achôurâ’.

Pour connaitre la suite de la vie du Prophète Younous écoutez la seconde vidéo qui lui est consacrée. Suivez nous donc et à bientôt.