mardi avril 16, 2024

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Chapitre : Pour l’acceptation de la prière par Allah soubhanahou wa ta^ala, c’est-à-dire pour avoir des récompenses, il est une condition, en plus de ce qui précède, que l’esclave de Allah vise par sa prière l’agrément de Allah Lui seul, que sa nourriture, ses vêtements et son lieu de prière soient licites (halal) et que son cœur ressente le khouchou[1] la crainte envers Allah ne serait-ce qu’un instant dans la prière. Si cela n’est pas réalisé, sa prière est valable mais sans récompense.

 

Commentaire : Ceci est une présentation des conditions d’acceptation. Il s’agit d’autres conditions que les conditions de validité citées précédemment car celles qui précédent, la prière n’est pas valable sans elles. Les conditions citées dans ce chapitre sont des conditions pour obtenir la récompense. Ainsi, si ces dernières conditions ne sont pas réalisées, la prière est valable mais sans récompense. Ce sont les suivantes :

  1. La sincérité envers Allah ta^ala c’est-à-dire de viser par sa prière la recherche de l’agrément de Allah ta^ala et non que les gens lui fassent des éloges ou aient de l’estime pour lui. S’il cherche l’éloge des gens ou s’il vise, avec la récompense, l’éloge des gens, il n’aura aucune récompense et se sera chargé d’un péché.
  2. Que sa nourriture, ses vêtements et le lieu de sa prière soient licites. Celui dont la nourriture, les habits ou le lieu de sa prière sont haram n’aura aucune récompense. Sa prière est toutefois valable c’est-à-dire acquittée. C’est le cas du locataire qui occupe injustement son logement sans l’accord du propriétaire. S’il y accomplit la prière, elle ne comportera aucune récompense, ce cas entrant dans le jugement du lieu usurpé.
  3. Avoir présent dans son cœur le khouchou^ de Allah même un seul instant ; celui donc dont le cœur n’a pas ressenti de khouchou^ envers Allah ne serait-ce qu’un seul instant durant sa prière en sortira sans récompense.

[1] par exemple en considérant que c’est peut-être la dernière prière qu’il accomplit dans sa vie.