mercredi juin 19, 2024

LE LANCER DES PIERRES AUX JAMARAH

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maItre MouHammad Al-‘AmIn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Le temps du lancer, du rasage du crAne et des tours rituels commence à la moitié de la nuit de Al-3Id et le temps du lancer dure jusqu’au coucher du soleil du dernier des jours de at-tachriq. Quant au rasage du crAne et aux tours rituels, leur temps n’a pas une fin particulière, ce temps demeure tant qu’il est vivant même si cela dure de nombreuses années. Quant au temps préférable pour ces actes, il commence par Jamratou l-3Aqabah selon l’ordre qui est préférable. Et ce qui est recommandé, c’est d’y lancer après le lever du soleil, le soleil s’étant élevé de la hauteur d’une lance.

Quant à ce qui est correct et ce qui est choisi dans la manière de se tenir debout pour y lancer les pierres, c’est de se tenir plus bas, dans le bas de la vallée. Il fait que la Mecque soit à sa gauche et MinA à sa droite, il fait face à Al-3Aqabah et il jette ; certains ont dit qu’il fait face à Al-Jamarah en tournant le dos à la Ka3bah.

Ce qui est recommandé c’est d’interrompre la talbiyah avec la première pierre qu’il jette et il fait le takbir au lieu de la talbiyah parce que ceci est méritoire lors du lancer. Ce qui est méritoire lors du lancer, c’est de dire : (AllAhou ‘akbar, AllAhou ‘akbar, AllAhou ‘akbar kabIrA wa l-Hamdou li l-LAhi kathIrA wa soubHAna l-LAhi boukratan wa ‘aSIla, lA ‘ilAha ‘il-la l-LAhou waHdahou lA charIka lah, lahou l-moulkou wa lahou l-Hamdou youHyI wa youmItou wa houwa 3alA koulli chay’in qadIr. LA ‘ilAha ‘il-la l-LAh wa lA na3boudou ‘il-lA ‘iyyAh moukhliSIna lahou d-dIna walaw kariha l-kAfirOUn, lA ‘ilAha ‘il-la l-LAhou waHdah Sadaqa wa3dah wa naSara 3abdah wa hazama l-‘ahzab waHdah, lA ‘ilAha ‘il-la l-LAhou wa l-LAhou ‘akbar) ce qui signifie : ” AllAh mérite plus de vénération et de glorification que tout autre, la louange est à AllAh beaucoup, et AllAh est exempt de toute imperfection, matin et soir. Il n’est de dieu que AllAh, Lui seul Il n’a pas d’associé. À Lui la souveraineté, à Lui la louange et Il fait vivre et Il fait mourir et Il est sur toute chose tout puissant. Il n’est de dieu que AllAh nous n’adorons que Lui, sincères dans notre religion même si les mécréants détestent cela. Il n’est de dieu que AllAh Lui seul Il a tenu Sa promesse. Il a accordé la victoire à Son esclave et Il a vaincu les factions, Lui seul. Il n’est de dieu que AllAh et AllAh mérite plus de vénération et de glorification que tout autre”.

Et il est un devoir de lancer tous les jours de at-tachriq aux trois jamarAt (chacune sept pierres). Il prend ainsi vingt et une pierres et il vient à la première jamarah, celle qui est au voisinage de la mosquée de Al-Khif, la première du côté de 3Arafah, sur le même chemin qui est goudronné. Il vient du bas de MinA et monte à cette première jamarah il y est supérieur jusqu’à ce que ce qui est à sa gauche devienne moins que ce qui est à sa droite. Il fait face à la Qiblah puis il lance sept pierres une à une en faisant le takbIr après chaque pierre tout comme cela a eu lieu lors du lancer de Jamratou l-3Aqabah le jour de Al-3Id. Ensuite il la dépasse et tourne un peu, il la met derrière lui et se tient à l’endroit où les pierres ratées ne l’atteignent pas. Puis il fait face à la qiblah, fait les louanges à AllAh ta3AlA, il fait le takbIr et dit (LA ‘ilAha ‘il-la l-LAh), il fait le tasbIH et invoque avec un cœur présent et avec une humiliation et une crainte par ses organes. Il reste ainsi le temps de réciter SOUratou l-Baqarah puis il se rend à la deuxième Jamarah qui est celle du milieu. Il fait tout comme il a fait pour la première puis il se tient debout pour les invocations tout comme il s’est tenu debout pour la première, sauf qu’il ne la dépasse pas par sa gauche comme il l’a fait pour la première parce qu’il ne pourra pas faire de même mais il la laisse à sa droite et se tient en bas du chemin, de telle sorte que les pierres ne l’atteignent pas. Puis il va à la troisième Jamrah qui est Jamratou l-3Aqabah qui est celle dans laquelle il a lancé le jour de Al-3Id et il lance à partir du bas de la vallée.

Il est recommandé de faire le ghousl chaque jour pour le lancer.

Le lancer n’est valable dans ces jours qu’après que le soleil a quitté le milieu du ciel en direction de l’ouest.

Quant au fait de lancer aux trois jamarAt les uns après les autres et les sept pierres d’une même Jamarah cela est recommandé selon l’avis le plus plausible. Et s’il abandonne une partie du lancer pendant la journée, ce qui est le plus plausible c’est qu’il le rattrape et fait le lancer de nuit ou au cours de ce qui reste des jours de at-tachriq, qu’il ait délaissé cela volontairement ou par oubli.

Et sache que tout le lancer prend fin avec la fin des jours de at-tachriq s’il n’y a pas eu de lancer. Il ne s’en décharge pas par la suite, ni par l’accomplissement ni par le rattrapage. S’il le peut, il lance pendant les trois jours de at-tachriq ce qu’il a raté ou ce qu’il a raté le jour de Al-3Id, et dans ce cas il n’a pas à égorger en sacrifice.

Il est recommandé de faire beaucoup de prières dans la mosquée de Al-Khif.

Le lancer du troisième jour n’est pas à la charge de celui qui est parti avec le premier départ, à savoir le deuxième jour des jours de at-tachriq. Ce départ même s’il est permis, il est meilleur de retarder jusqu’au troisième jour. Mais celui qui préfère partir en premier, il part avant le coucher du soleil et il ne lance pas alors le troisième jour.