mardi avril 16, 2024

Les 5 conditions d’une purification valide

 

Allah ta^ala dit : (‘inna l-Laha youhibbou t-tawwabina wa
youhibbou ll-moutatahhirin
)* ce qui signifie *« Allah agrée ceux qui se repentent et ceux qui se purifient »[ sourat Al-Baqarah/222].

Le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit : (attouhourou chatrou l-‘iman)* ce qui signifie * « La purification occupe une grande part de la foi »[rapporté par Mouslim].

Cela signifie que la récompense de la purification est très grande, et non que la purification est équivalente à la foi.

La purification signifie ici se purifier des deux hadath – le grand et le petit – et se purifier des najaçah.

Il y a des conditions indispensables afin que la purification des deux hadath soit valable, ce sont :

1- L’Islam : c’est-à-dire que la personne soit musulmane; la purification n’est pas valable de la part d’un non-musulman.

2La distinction (at-tamyiz) : c’est que l’enfant ait atteint un âge où il comprend la parole qu’on lui adresse et sait répondre, et où il devient autonome pour manger, boire et se garder des najaçah – en général, la distinction a lieu vers six ou sept ans, mais elle peut avoir lieu avant cela –

3- L’absence de tout ce qui empêche l’eau de parvenir au membre à laver : comme la peinture, le cambouis et le vernis à ongle.

4- L’Écoulement de l’eau : c’est-à-dire que l’eau coule naturellement sur l’organe à laver. Si on mouille la main avec de l’eau et qu’on la passe sur le visage ou sur les mains et les avant-bras pendant le woudou’, celui-ci n’est pas valable.

5- Que l’eau soit pure et purificatrice : c’est-à-dire qu’elle ne soit pas souillé par une najaçah ni déjà utilisée pour un ghousl, un woudou pour éliminer une najaçah.