vendredi mai 17, 2024

#55 11-22 L’histoire du Prophète Mouça

Allâh a ordonné à Moïse de faire sortir le peuple d’Israël d’Égypte de nuit et de les conduire en Palestine. Il lui a aussi ordonné d’emporter le cercueil du Prophète Youçouf fils de Jacob et de l’enterrer en terre sacrée.

Mouça et les croyants se préparèrent, ils étaient plus de 600 000. Ils quittèrent de nuit et prirent la direction de la mer rouge. Ils se hâtaient en chemin en se méfiant du Pharaon et son injustice. En effet, à son réveil, le Pharaon apprenant qu’ils avaient quitté l’Égypte, prépara une immense armée. On dit qu’elle comptait 100 000 cavaliers et plus d’un million six cents mille soldats. Ils se mirent en marche en suivant leurs traces pour rattraper Moïse et son peuple. Pharaon voulait les massacrer, les torturer et les assassiner.

Ils les ont rattrapés le lendemain au lever du soleil. Lorsque les deux groupes se retrouvèrent face à face, chacun mesurant les forces de son adversaire et que la confrontation semblait inévitable, les israélites ont compris l’imminence et l’éminence du danger. En effet, ils étaient coincés entre la Mer Rouge devant eux et l’armée de Pharaon décidée à les massacrer derrière eux. Ils se mirent à crier et hurler et dirent à Moïse, affolés : ils vont tous nous massacrer ! Mais l’envoyé de Dieu savait que Allâh soubhanahou wa ta^ala, qui lui avait donné l’ordre de sortir d’Égypte, leur accorderait la victoire. Il les rassura.

Puis quand le Pharaon et son armée se rapprochèrent, Allâh révéla à Mouça de frapper la mer de son bâton, ce qu’il fit. Instantanément, la mer se fendit en 12 sections, chacune comme une montagne immense avec entre deux parois, un chemin ferme qu’ils pouvaient emprunter, un pour chaque tribu.

Allâh a ordonné à Mouça de s’y engager avec les tribus d’Israël. Ils osèrent pénétrer dans la mer allègrement et en toute confiance, persuadés que Allâh allait leur accorder la victoire après que la mer se soit asséchée et aplanie pour eux. Ils avaient été témoin d’un miracle grandiose et de ce signe manifeste qui émerveille l’entendement de ceux qui regardent.

Au moment où le dernier israélite sortait de la mer et que le premier soldat du Pharaon y entrait, Moise voulut frapper de son bâton pour que la mer se referme et que Pharaon et les siens ne puissent pas passer ; mais Allâh lui révéla de laisser la mer telle qu’elle était pour qu’ils se noient.

Moïse exécuta l’ordre de son Seigneur et laissa la mer ouverte. Quand Pharaon était arrivé sur le rivage et avait constaté de ses propres yeux ce signe et ce miracle évidents, devant les pans de mer dressés comme des montagnes, il apparaissait clairement comme c’était apparu auparavant que cela ne pouvait être que par la puissance et la création de Dieu soubhanahou wa ta^ala … mais Pharaon ne croyait pas aux preuves rationnelles démontrant la véracité de Mouça. Il ne voulait surtout pas le reconnaitre. Alors, entrainé par son injustice, il choisit l’arrogance et voulut paraitre devant son armée déterminé et courageux. Il les a galvanisés pour qu’ils franchissent la mer pour qu’il ait la victoire en restant lui-même sur la rive… mais on ne peut repousser la destinée.

Un ange est descendu du ciel à cheval, c’était Jibrîl (Gabriel) ; il est passé près de Pharaon qui était juché sur son étalon puis Jibrîl est rentré dans la mer. L’étalon du tyran a suivi la jument de l’ange dans la mer et les soldats se sont engouffrés derrière lui. Une fois qu’ils furent tous dans la mer et alors que le premier allait en sortir, Allâh a ordonné à Son Prophète de frapper la mer de son bâton. Ainsi la mer s’est refermée sur eux et ils ont tous péri noyés, pas un seul rescapé.

Et sachez que leur noyade a eu lieu un jour de ^Achoura’ qui est le 10eme jour du mois de mouharram. Suivez le prochain épisode dans lequel on parlera du bâton de Mouça.