mercredi juin 19, 2024

LA STATION À 3ARAFAH

Les pèlerins se dirigent ensuite à 3Arafah qui est une montagne connue là-bas. Certains savants ont approuvé de dire pendant la route : (AllAhoumma ‘ilayka tawajjahtou wa liwajhika l-karImi ‘aradt, faj3al dhanbI maghfOUrA wa Hajji mabrOUrA wa rHamnI wa lA toukhayyibnI ‘innaka 3alA koulli chay’in qadIr) ce qui signifie : ” Ô AllAh je me fie à Toi, et c’est la recherche de Ton agrément qui est mon but ; fais que mon péché soit pardonné, mon pèlerinage doté de Ta grande récompense (mabrOUr). Accorde-moi Ta miséricorde et fais que je ne sois pas déçu ; certes Tu es sur toute chose tout puissant”. Il multiplie ensuite at-talbiyah.

Al-MAwardiyy a dit : “Il est recommandé de prendre le chemin de Dabb et de revenir par le chemin de Al-Ma’zamIn pour prendre exemple en cela sur le Messager de AllAh, Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam, et puis qu’il prenne un chemin autre que celui qu’il a pris pour l’aller tout comme on fait cela pour Al-3Id “.

Sache que 3ArafAt ne fait pas partie du Haram – l’enceinte sacrée -. La limite du Haram dans cette direction, ce sont les deux signes qui sont mis à la fin de Al-Ma’zamIn et qui sont apparents.

La station à 3Arafah et ses nombreuses règles de comportements

Il y a le ghousl effectué à Namirah pour la station, ne rentrer à 3ArafAt qu’après que le soleil a quitté sa position du zénith et l’accomplissement des deux prières.

Il y a également tAcher de se tenir dans les lieux où s’est tenu le Messager de AllAh Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam près des rochers. Quant à ce qui s’est propagé chez les gens du communs, qu’il faut tAcher de se tenir sur le Mont de la Miséricorde (Jabalou r-RaHmah) qui se trouve au milieu de la terre de 3ArafAt et leur préférence de ce lieu par rapport aux autres lieux de la terre de 3ArafAt au point que certains et même beaucoup par leur ignorance se donnent l’illusion que la station à 3ArafAt n’est valable qu’à cet endroit là, ceci est faux et c’est contraire à la Sounnah.

Le mieux c’est de se tenir face à la Qiblah en état de purification et en voilant sa zone de pudeur. Mais s’il se tient en état de Hadath ou qu’il est jounoub ou en état de menstrues, ou en ayant sur lui une najAçah ou sa zone de pudeur dévoilée, sa station reste valable, mais il a raté ce qui est le mieux.

Il est recommandé de ne pas faire le jeûne et d’avoir son cœur présent, libre des choses qui distraient des invocations. Et il convient de se décharger de ses affaires avant que le soleil quitte le zénith pour se consacrer entièrement et se libérer par son apparence et son for intérieur de tout ce qui peut le détourner. Il convient de ne pas se tenir sur le chemin des caravanes ou autres pour ne pas les gêner et pour ne pas être soi-même gêné.

Il est recommandé de faire beaucoup d’invocation de tahlIl – la parole (LA ‘ilAha ‘il-la l-LAh) -, de réciter le Qour’An. Ceci est la tAche à faire dans ces lieux bénis et il ne manque pas à cela, car c’est la plus grande part du pèlerinage, son lieu le plus important et c’est cela qui en est requis. Il fait beaucoup d’évocations et d’invocations debout ou assis et il lève les mains dans ses invocations sans dépasser la tête. Il n’a pas à se charger à faire des invocations rimées, mais il n’y a pas de mal à faire des invocations rimées s’il l’apprend par cœur ou s’il le dit sans difficulté ou réflexion, mais que cela sorte de sa bouche sans qu’il soit préoccupé à lui donner les règles de grammaire correctes ou autre chose qui détournerait son cœur.

Il est recommandé de baisser la voix dans ses invocations et il est déconseillé de pencher à l’excès pour élever sa voix.

Il convient aussi de supplier dans ses invocations, de s’humilier et de montrer sa faiblesse, son besoin et son humiliation. Il insiste dans ses invocations sans pour autant craindre le retard pour être exaucé, mais avec le grand espoir d’être exaucé. Il répète chaque invocation trois fois. Il commence par le taHmId – la louange à AllAh -, le tamjId de AllAh ta3AlA – la glorification -, le tasbIH – la parole soubHAna l-LAh -, l’invocation en faveur du Messager de AllAh, Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam et la préservation pour sa communauté. Et il conclue les invocations par pareil à cela. Qu’il soit aussi en état de purification, éloigné des choses interdites, des choses douteuses dans sa nourriture, sa boisson, ses habits, sa mouture et toute autre que cela qu’il porte avec lui, car cela compte parmi les règles de comportement de toute invocations. Puis qu’il conclue ses invocations par ‘AmIn.

Qu’il fasse beaucoup de tasbIH, de taHmId, de takbIr, de tahlIl et le meilleur de cela, c’est ce qu’a rapporté At-Tirmidhiyy et d’autres, du Messager de AllAh, Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam qu’il a dit :

« أفضل الدعاء يوم عرفة وأفضل ما قلت أنا والنبيون من قبلي لا إله إلا الله وحده لا شريك له ، له الملك وله الحمد وهو على كل شيءٍ قدير »

ce qui signifie : « Les meilleurs des invocations sont celles du jour de 3Arafah et la meilleure des paroles que j’aie dite ainsi que les prophètes qui m’ont précédé est : ” lA ‘ilAha il-la l-LAh waHdahou lA charIka lah, lahou l-moulkou wa lahou l-Hamdou wa houwa 3alA koulli chay’in qadIr” Il n’est de dieu que AllAh, Lui seul, Il n’a pas d’associé, à Lui la souveraineté et à Lui la louange et Il est sur toute chose tout puissant ».

Dans le livre de At-Tirmidhiyy, il est rapporté que 3Aliyy, que AllAh l’agrée a dit : « La plupart des invocations qu’a faites le Prophète Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam le jour de 3Arafah lors de sa station c’est : (AllAhoumma laka l-Hamdou kalladhI taqOUlou wa khayran mimmA naqOUl, AllAhoumma laka SalAtI wa nouçouki wa maHyAya wa mamAtI, wa ‘ilayka ma’AbI wa laka rabbi tourAthI, AllAhoumma ‘inni ‘a3OUdhou bika min 3adhAbi l-qabri wa waswaçati S-Sadri wa chatAti l-‘amr, AllAhoumma ‘inni ‘a3OUdhou bika min charri mA tajI’ou bihi r-rIH) ce qui signifie : ” Ô AllAh à Toi la Louange tout comme Tu dis et mieux que ce que nous disons, Ô AllAh, à Toi ma prière, mes actes rituels, ma vie et ma mort, à Toi je reviens pour le Jugement. Ô AllAh je demande la préservation par Toi du chAtiment de la tombe, des suggestions dans le coeur et de la dispersion de mon état et de mes affaires. Ô AllAh je demande la préservation du mal qui est porté par le vent ».

Il est aussi recommandé de multiplier la talbiyah en élevant sa voix et de faire des invocations en faveur du Messager de AllAh Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam. Il convient de faire ces différentes sortes d’invocations, ainsi, tantôt il dit (LA ‘ilAha ‘il-la l-LAh), tantôt il dit (AllAhou ‘akbar), tantôt il fait la talbiyah, tantôt il accomplit l’invocation en faveur du Prophète Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam et tantôt il demande le pardon. Il invoque seul ou en groupe. Qu’il fasse des invocations pour lui-même, pour ses parents, pour ses proches, pour ses chaykh, pour ses compagnons, pour ses bien-aimés, pour ses amis, pour tous ceux qui ont fait du bien pour lui et pour l’ensemble des musulmans et qu’il se garde de manquer à cela car cette journée, il ne pourra pas la rattraper à l’opposé d’un autre jour. Il est recommandé de demander beaucoup le pardon et de prononcer le repentir de toutes les erreurs en y croyant avec le coeur et de pleurer beaucoup tout en évoquant et en invoquant parce que c’est là que coulent les larmes et qu’on demande pardon des faux pas, c’est là que l’on souhaite l’exaucement des demandes. Ce lieu est certes un lieu éminent et une station importante où les meilleurs des esclaves de AllAh sincères se réunissent ainsi que ceux qui sont les plus proches de Son agrément et c’est le plus éminent des regroupements dans le bas-monde.

Il a été dit : Si le jour de 3Arafah coïncide avec le vendredi, il sera pardonné à tous ceux qui sont dans cette station.

Il a été rapporté dans le SaHIH de Mouslim, d’après 3A’ichah, que AllAh l’agrée, que le Messager de AllAh, Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam a dit :

« ما من يوم أكثر من أن يعتق الله تعالى فيه عبداً من النار من يوم عرفة »

ce qui signifie : « Il n’y a pas un jour dans lequel AllAh affranchisse plus d’esclaves de l’enfer que le jour de 3Arafah »

Et d’après TalHah Ibnou 3Oubaydi l-LAh, l’un des dix à qui le Prophète Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam a annoncé le paradis, que AllAh l’agrée, il a dit : Le Messager de AllAh Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam a dit :

« ما رؤي الشيطان أصغر ولا أحقر ولا أدحر ولا أغيظ منه في يوم عرفة و ما ذاك إلا أن الرحمة تنزل فيه فيتجاوز عن الذنوب العظام »

ce qui signifie : « L’on ne voit pas le chayTAn plus petit, plus rabaissé, plus éloigné ni plus en fureur que le jour de 3Arafah et ceci parce que la miséricorde descend en ce jour et des grands péchés y sont pardonnés ».

D’après Al-FouDayl Ibnou 3Iyad, que AllAh l’agrée, qu’il a regardé un jour les larmes des gens à 3Arafah et il a dit : ” Voyez-vous, si tous ceux-là partaient chez un même homme et qu’ils lui demandaient un sou, cet homme leur refuserait-il ?” Ils ont dit : Non. Il a dit : ” Par AllAh, le pardon de AllAh 3azza wa jall est plus facile que le fait que cet homme donne à ces gens-là un sou “.

On rapporte que SAlim Ibnou 3Abdi l-LAh Ibni 3Oumar Ibni l-KhaTTAb, que AllAh l’agrée, a vu un mendiant mendier le jour de 3Arafah. Il lui a dit : “Ô toi, tu es incapable en ce jour et tu demandes à autre que AllAh ta3AlA “

Parmi les invocations, il y a encore : (AllAhoumma ‘AtinA fi d-dounyA Haçanah wa fi l-‘Akhirati Haçanah wa qinA 3adhAba n-nAr. AllAhoumma ‘innI DHalamtou nafsI DHoulman kathIrA wa ‘innahou lA yaghfirou dh-dhounOUba ‘il-lA ‘ant, faghfirlI maghfiratan min 3indik wa rHamni ‘innaka ‘anta l-GhafOUrou r-RaHIm. AllAhoumma ghfir lI maghfiratan min 3indik touSliHou biha cha’nI fi d-dArayn, wa rHamnI raHmatan minka ‘as3adou bihA fi d-dArayn, wa toub 3alayya tawbatan nasouha lA ‘ankithouhA ‘abadA, wa ‘alzimnI sabIla l-‘istiqAmah lA ‘azIghou 3anhA ‘abadA. AllAhoumma nqoulnI min dhoulli l-ma3Siyah ilA 3izzi T-TA3ah, wa ‘aghninI biHalAlika 3an HarAmika wa bi ta3atika 3an ma3Siyatik bi faDlika 3amman siwAk, wa nawwir lI qalbI wa qabrI wa ‘a3idhnI mina ch-charri koullih wa jma3 liya l-khayra koullah. ‘Istawda3touka dInI wa ‘amAnatI wa qalbI wa badanI wa khawAtIma 3amalI wa jamI3a mA ‘an3amta bihi 3alayya wa 3alA jamI3i ‘aHibbA’I wa l-mouslimIna ‘ajma3In) ce qui signifie : ” Ô AllAh, accorde-nous dans le bas-monde un bienfait et dans l’au-delà un bienfait et préserve-nous du chAtiment de l’enfer. Ô AllAh, j’ai été injuste avec moi-même, d’une grande injustice et nul ne pardonne les péchés sinon Toi. Pardonne-moi, par Ta grAce et fais-moi miséricorde. Tu es certes Celui Qui pardonne et Qui est miséricordieux. Ô AllAh pardonne moi par Ta grAce d’un pardon par lequel Tu fais que mon état soit meilleur dans les deux résidences et fais moi miséricorde d’une miséricorde par laquelle je serais heureux dans les deux résidences, accorde-moi un repentir définitif que ne je rompe plus jamais et attache-moi à la voie de la droiture de laquelle je ne dévie jamais. Ô AllAh fais-moi passer de l’humiliation du péché à l’honneur de l’obéissance et suffis-moi par ce qui est licite contre ce qui est interdit, par Ton obéissance contre Ta désobéissance et par Ta grAce contre tout autre que Toi, éclaire mon coeur et ma tombe et préserve moi de tous les maux et accorde-moi tous les biens. Je te confie ma religion, ce qui est à ma charge, mon coeur, mon corps et la fin de mes actes et tout ce que Tu m’as accordé par Ta grAce, à moi, à tous mes bien-aimés et à l’ensemble musulmans”.

Il convient d’autre part de rester en station à 3Arafah jusqu’au coucher du soleil. Ainsi il réunit dans sa station le jour et la nuit.

Et qu’il se garde de toutes ses forces de la dispute, de l’insulte, de l’éloignement des cœurs et des paroles laides. Il convient même d’éviter les paroles indifférentes autant qu’il le peut parce que ceci constitue une perte de temps importante dans ce qui n’est pas important, tout en craignant de glisser dans une paroles interdites que ce soit une médisance ou autre.

Il convient également de prendre garde, de toutes ses forces de mépriser celui qu’il voit vêtu de vieux habits ou qui n’aurait pas accompli quelque chose qui n’est pas un devoir et qu’il prenne garde aussi de priver les mendiants et ce qui est du même ordre.

Et qu’il fasse beaucoup d’œuvres de bien, le jour de 3Arafah et durant les dix derniers jours de dhou l-Hijjah. Il a en effet été confirmé dans le SaHIH de Al-BoukhAriyy, d’après Ibnou 3AbbAs, que AllAh les agrée tous les deux, d’après le Prophète Salla l-LAhou 3alayhi wa sallam qu’il a dit :

« ما العمل في أيام أفضل منه في هذا الأيام »

ce qui signifie : « Il n’y a pas d’acte durant d’autres jours meilleur que l’acte qui est accompli pendant ces jours », c’est à dire les dix jours de dhou l-Hijjah. Ils lui ont dit : ” Pas même le jihAd ?” Il a dit :

« ولا الجهاد إلا رجل بماله ونفسه فلم يرجع بشيء »

ce qui signifie : « Pas même le jihAd, mis à part un homme qui est sorti en s’exposant lui-même et son bien puis aucun des deux n’est revenu ».

Lorsqu’ils arrivent à Mouzdalifah, ils y passent la nuit. Et cette nuitée est un rite. Est-ce un devoir ou est-ce simplement recommandé ? Il y a en cela deux avis selon Ach-ChAfi3iyy, que AllAh lui fasse miséricorde.

Il est recommandé de faire le ghousl à Mouzdalifah, la nuit, pour participer à la station du Mach3ar Al-HarAm, pour Al-3Id et pour ce qu’il y a comme assemblées ce jour-là.

Que celui qui est présent à Mouzdalifah tAche de veiller cette nuit en acte d’adoration, en prières, en récitation, en évocation, en invocations et en supplications. Qu’il se prépare ensuite après la moitié de la nuit et prenne de Mouzdalifah les pierres pour les jamarat notamment pour Jamratou l-3Aqabah le jour de Al-3Id. Ce sont sept pierres. Qu’il prenne ses précautions en prenant plus, peut-être en perdra-t-il certaines et certains de nos compagnons ont dit : il en prend de Mouzdalifah pour les jamarAt et pour les jours de at-tachriq également qui font soixante trois pierres. Les pierres sont plus petites, de la taille des pierres qu’on lance avec les doigts, ni plus grandes, ni plus petites, à savoir inférieur à celle d’une phalange, environ du grain de Al-BAqillA’. Certains ont dit de la taille d’un noyau. Il est déconseillé que cela dépasse cette taille. Il est déconseillé de casser la roche à cette fin sauf pour une raison mais il les ramasse petites.

Il a été rapporté de Ibnou 3AbbAs, que AllAh les agrée tous les deux qu’il a dit : ” Ce qui est accepté parmi ces pierres est relevé et ce qui n’est pas accepté est laissé sur place. S’il n’en avait pas été ainsi, elles auraient comblé ce qui est entre les deux monts “.

Lorsqu’ils arrivent à Qouzah qui marque la fin de Mouzdalifah, et qui est une petite montagne dite Mach3ar Al-HarAm, il la gravit s’il le peut ou alors il se tient debout au flanc ou au bas de la montagne, il se tient debout face à la Ka3bah et il invoque, il fait les louanges à AllAh ta3AlA, il dit (AllAhou ‘Akbar, LA ‘ilAha ‘il-la l-LAh) et dit beaucoup de talbiyah.

Ils ont approuvé de dire : (AllAhoumma kamA ‘awqaftanA fih wa ‘araytanA ‘iyyAh, fawaffiqnA lidhikrika kamA hadaytanA wa ghfir lanA wa rHamnA kamA wa3adtanA biqawlika wa qawlouka l-Haqq ; fa ‘idhA ‘afaDtoum min 3arafat fadhkourou l-LAha 3inda l-mach3ari l-HarAm wa dhkourOUhou kamA hadAkoum wa ‘in kountoum qablihi lamina D-DAllIn thoumma ‘afidou min Haythou ‘afada n-nAs wa staghfirou l-LAha inna l-LAha ghafOUroun raHIm) ce qui signifie : « Ô AllAh tout comme tu as fait que nous soyons présents et Tu nous l’a montré, alors, accorde-nous de réussir à T’évoquer pour ce que Tu nous a bien guidés, pardonne-nous et fais-nous miséricorde tout comme Tu nous a promis par Ta parole et Ta parole est vérité fa ‘idhA ‘afaDtoum min 3arafat fadhkourou l-LAha 3inda l-mach3ari l-HarAm wa dhkourOUhou kamA hadAkoum wa ‘in kountoum qablihi lamina D-DAllIn thoumma ‘afidou min Haythou ‘afada n-nAs wa staghfirou l-LAha inna l-LAha ghafOUroun raHIm ce qui signifie : « Lorsque vous sortez de 3Arafah, évoquer AllAh, auprès de Al Mach3ar Al-HarAm et évoquez-Le tout comme Il vous a guidés. Si ce n’était Lui avant cela, vous auriez été parmi les égarés. Ensuite partez d’où partent les gens et demandez le pardon à AllAh. Certes AllAh est Celui Qui pardonne et Qui est miséricordieux.»

Il multiplie aussi la parole : (AllAhoumma ‘AtinA wa fi d-dounyA Haçanah wa fi l-‘Akhirati Haçanah wa qinA 3adhAba n-nAr) et il invoque par ce qu’il veut les invocations générales et les choses importantes et il répète ses invocations.