dimanche juillet 14, 2024

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Chapitre : Parmi les devoirs du cœur, il y a la foi en Allah et en tout ce qu’Il a révélé et la foi en le Messager de Allah et en tout ce qu’il a transmis.

 

Commentaire : Parmi les actes du cœur qu’il est un devoir d’accomplir pour les personnes responsables, il y a la foi en Allah, c’est le devoir fondamental, c’est-à-dire d’avoir la croyance catégorique en l’existence de Allah ta^ala conformément à ce qui est digne de Lui, à savoir de confirmer Son existence sans comment, sans quantité et sans endroit. Le caractère obligatoire de cette croyance pour celui à qui est parvenu l’appel à l’Islam fait l’objet de l’Unanimité. On joint à cela la foi en ce que notre maître Mouhammad a transmis de la part de Allah ta^ala, comme de croire qu’il est le Messager de Allah, et la foi en la véracité de ce qu’il a transmis de la part de Allah ta^ala.

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Puis, il y a la sincérité dans l’adoration, c’estàdire l’accomplir pour Allah uniquement.

 

Commentaire : Parmi les devoirs du cœur, il y a la sincérité qui consiste à faire preuve de sincérité dans l’acte d’adoration pour Allah ta^ala, c’est-à-dire de ne pas viser par l’acte d’adoration l’éloge des gens ni d’être considéré d’un regard de respect, de glorification et d’honneur. Allah ta^ala dit :

[ فَمَنْ كَانَ يَرْجُوا لِقَاءَ رَبِّهِ فَلْيَعْمَلْ عَمَلاً صَالِحاً وَلاَ يُشْرِكْ بِعِبَادَةِ رَبِّهِ أَحَداً ]

(faman kana yarjou liqa’a rabbihi falya^mal ^amalan salihan wa la youchrik bi^ibadati rabbihi ‘ahada)

[sourat Al-Kahf / 111] ce qui signifie : « Celui qui cherche les récompenses de Allah au Jour du Jugement Dernier, qu’il fasse des actes de vertu sans associer personne dans son adoration à Allah ».

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Regretter d’avoir commis des péchés.

 

Commentaire : Parmi les devoirs du cœur, il y a le repentir des péchés, qu’il s’agisse de grands péchés ou de petits péchés. Cela consiste à regretter. Il est un devoir que le regret ait lieu pour avoir désobéi à son Seigneur, car s’il a lieu par crainte du scandale que cela peut provoquer chez les gens, cela ne constitue pas un repentir.

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Se fier à Allah.

 

Commentaire : Le tawakkoul, c’est la confiance ; il est un devoir que l’esclave place sa confiance totale en Allah car Il est le Créateur de toute chose, que ce soit les choses profitables, les nuisances et tout ce qui entre en existence. Il n’y a donc rien qui fasse parvenir la nuisance et qui fasse parvenir les choses profitables en réalité sinon Allah. Par conséquent, si l’esclave croit en cela et s’il y résout son cœur, il aura placé sa confiance totale en Allah, que ce soit pour les questions de subsistance ou la sauvegarde des nuisances.

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Se surveiller pour Allah c’est-à-dire avoir la crainte de Allah de façon à accomplir les obligations et à se garder des péchés

 

Commentaire : Parmi les devoirs du cœur, il y a se surveiller pour Allah. La signification de « se surveiller », c’est maintenir présente la crainte de Allah ta^ala par le cœur en évitant ce qu’Il a interdit et en évitant l’insouciance qui mène à ne pas accomplir ce qu’Il a rendu obligatoire. C’est pour cela que dès que quelqu’un accède à la responsabilité, il lui est un devoir de prendre la ferme résolution d’observer tout ce que Allah a rendu obligatoire sur lui en fait d’accomplissement des devoirs et d’abandon des interdits.

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Être satisfait de Allah, dans le sens de se soumettre à Lui et d’abandonner l’objection. Glorifier les rites de la religion agréée par Allah.

 

Commentaire : Il est un devoir pour la personne responsable de se satisfaire de Allah, c’est-à-dire de ne pas se révolter contre Allah ni par la croyance ni par la parole, ni en son for intérieur ni en son apparence, au sujet de Sa destinée et de Sa prédestination. Ainsi on se satisfait de Allah tabaraka wa ta^ala concernant Sa prédestination du bien et du mal, de l’agréable et du désagréable, de la satisfaction et de la tristesse, du bien-être et de la douleur, en distinguant les choses prédestinées et destinées. Ainsi ce qui est prédestiné et destiné fait partie soit de ce que Allah agrée, soit de ce que Allah n’agrée pas. Ce qui est destiné et que Allah agrée, l’esclave de Allah doit l’aimer. Ce qui est destiné et que Allah ta^ala n’agrée pas, comme les choses interdites, l’esclave doit les détester sans pour autant détester la prédestination et la destinée de Allah de cette chose-là. Les péchés font partie de l’ensemble des choses que Allah ta^ala prédestine et destine, il est donc un devoir pour l’esclave de les détester puisque Allah ta^ala ne les agrée pas et a interdit à Ses esclaves de les commettre. Ainsi, il n’y a pas ici d’incompatibilité entre la foi en la prédestination et en la destinée de Allah et le fait de détester certaines choses que Allah prédestine et destine. En effet, ce dont il est obligatoire de se satisfaire, c’est de la prédestination qui est un attribut de Allah ta^ala et de la destinée qui est un attribut de Allah ta^ala. Quant aux choses qu’il est un devoir de détester, ce sont les choses prédestinées et destinées qui sont interdites selon le jugement de la Loi [1].

Quant à la glorification des rites de la religion agréée par Allah, elle consiste à ne pas manquer de considération envers eux.

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Remercier Allah pour Ses bienfaits, dans le sens de s’abstenir de les utiliser dans le péché.

 

Commentaire : Le remerciement est de deux sortes : un remerciement obligatoire et un remerciement recommandé.

Le remerciement obligatoire incombe à l’esclave qui indique ainsi sa glorification du Bienfaiteur Qui lui a accordé un bienfait, à lui ou à quelqu’un d’autre. Il accomplit le remerciement en délaissant la désobéissance à Allah tabaraka wa ta^ala avec ce bienfait. C’est cela le remerciement qui est obligatoire à l’esclave. Ainsi celui qui se préserve d’utiliser quoi que ce soit de son cœur, de ses organes et de ce que Allah lui a accordé comme bienfaits dans la désobéissance à Allah, c’est lui l’esclave chakir qui remercie. Si par la suite, il se maintient là-dessus, il est appelé esclave chakour. Allah ta^ala dit : [ وَقَلِيلٌ مِنْ عِبَادِي الشَّكُورُ ] (wa qaliloun min ^ibadiya chchakour) ce qui signifie : « Peu de Mes esclaves sont chakour ». En effet, le nombre des esclaves chakour est moins important que le nombre de ceux qui remercient Allah (chakir) et dont le degré est en deçà du leur. D’autre part, le remerciement qui est recommandé, c’est de faire la louange à Allah ta^ala par la langue, indiquant qu’Il est Celui Qui a le mérite sur Ses esclaves par les grâces qu’Il leur accorde, des choses que nous ne pouvons dénombrer.

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Persévérer dans l’accomplissement de ce que Allah a rendu obligatoire, patienter en se gardant de faire ce que Allah ta^ala a interdit et endurer ce par quoi Allah t’a éprouvé.

 

Commentaire : Assabr, c’est contenir son âme, la contraindre à supporter ce qu’elle réprouve ou à se détacher de ce qu’elle désire. Ainsi assabr qui est obligatoire pour la personne responsable consiste à persévérer dans l’accomplissement de ce que Allah a rendu obligatoire comme actes d’obéissance, à patienter pour ne pas faire ce que Allah a interdit c’est-à-dire éloigner son âme de ce que Allah a interdit, et à endurer ce par quoi Allah t’a éprouvé dans le sens de ne pas se révolter contre Allah ni s’engager dans ce qu’Il a interdit à cause du malheur. En effet beaucoup de créatures tombent dans les péchés pour avoir délaissé la patience face aux malheurs. Ces gens sont de différents degrés à cet égard. Il y en a parmi eux qui tombent dans l’apostasie à cause du malheur et il y en a qui tentent de s’approprier des biens de façon illicite, comme cela arrive à beaucoup de gens à cause de la pauvreté. Ils acquièrent des biens de façon interdite ou ils essayent d’accéder à la richesse par le mensonge ou ce qui est de cet ordre.

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Détester le diable.

 

Commentaire : Il est un devoir pour les personnes responsables de détester Satan car Allah ta^ala nous a fortement mis en garde dans Son Livre contre lui. Ainsi Allah ta^ala dit : [ فَاتَّخِذُوهُ عَدُوًّا ] (fattakhidhouhou ^adouwwa) [sourat Fatir / 7] ce qui signifie : « Prenezle donc pour ennemi ». Un chaytan, c’est un jinn mécréant. [Quant aux jinn croyants, ils sont comme les croyants chez les humains, il y a parmi eux des vertueux et parmi eux des grands pécheurs.] On emploie aussi le terme AchChaytan en visant Iblis qui est leur plus lointain ancêtre.

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Détester les péchés.

 

Commentaire : Il est un devoir de détester les péchés du fait que Allah tabaraka wa ta^ala a interdit aux personnes responsables de les commettre. Il est donc un devoir de détester les péchés et de les réprouver par le cœur, qu’ils proviennent de soi ou de quelqu’un d’autre.

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : Aimer Allah et aimer Sa parole. Aimer Son Messager, les compagnons et la famille[2] du Prophète et les pieux vertueux.

 

Commentaire : Parmi les choses qui sont un devoir pour la personne responsable, il y a d’aimer Allah, aimer Sa parole et aimer Son Messager Mouhammad r et tous ses frères prophètes, ceci en suivant les ordres de la religion et en évitant ses interdits. D’autre part, l’expression « aimer les compagnons » signifie aimer ceux qui ont fait vaincre la religion de l’Islam, surtout les premiers prédécesseurs d’entre eux parmi les Emigrants (mouhajiroun) et les Partisans (‘Ansar). Quant à AlAl, si l’on vise par eux tous ceux qui ont suivi le Prophète en étant pieux, il est un devoir de les aimer car ce sont les bien-aimés de Allah tabaraka wa ta^ala en raison de leur fort attachement à Lui obéir d’une manière complète. Si on vise par le terme AlAl les épouses du Prophète et ses proches parents croyants, l’obligation de les aimer vient de la grâce dont ils ont été spécifiés. Il est d’autre part un devoir d’aimer l’ensemble des vertueux parmi les esclaves de Allah.

 

[1] C’est-à-dire que c’est selon la Loi de l’Islam que nous disons que telle chose est une chose détestable.

[2] AlAl.