dimanche décembre 3, 2023
  1. Avant d’y répondre, citons le Hadith suivant où le compagnon ‘Ibnou Daylamiy a dit :

    أتيت أبيّ ابن كعب فقلتُ: يا أبا المنذر إنه حدث في نفسي شيء من هذا القدر فحدثني لعل الله ينفعني، فقال: إن الله لوعذب أهل سماواته وأرضه لعذبهم وهو غير ظالم لهم ولو رحمهم كانت رحمته خيرا لهم من أعمالهم، ولو أنفقتَ مثل أٌحُدٍ ذهبا في سبيل الله ما قبله الله منك حتى تؤمن بالقدر، وتعلم أنّ ما أصابك لم يكن ليخطئك وما أخطأك لم يكن ليصيبك ولو مت على غير ذلك دخلت النار. قال: ثم أتيتُ عبد الله ابن مسعود فحدثني مثل ذلك، ثم أتيتُ حُذيفة بن اليمان فحدثني مثل ذلك، ، ثم أتيتُ زيد بن ثابت فحدثني مثل ذلك عن النبيّ.

     

     

    Ce qui signifie :

     

    « Je suis venu chez ‘Oubay ‘Ibnou Ka^b, j’ai dit : Ô ‘Aboû Mondher, j’ai quelque chose (waswâs : c’est-à-dire une suggestion obsessionnelle) en moi concernant la Prédestination. Pourrais-tu m’en parler ? Peut-être que Dieu me fera profiter de ce que tu diras. Il (‘Oubay) a dit : si Allâh châtie les habitants de la terre et des cieux, Il les châtiera sans être injuste envers eux ; et s’Il les couvre de sa Clémence, alors sa Clémence sera mieux pour eux que leurs actes. Et si tu dépenses l’équivalent de la montagne de ‘Ouhoud en or comme aumône, Allâh ne l’agrée que si tu crois à la Prédestination. Sache que ce qui t’atteint n’était pas pour te rater ; et ce qui te rate n’était pas pour t’atteindre. Si tu meurs sur autre (c’est-à-dire une autre croyance) que cela tu entreras en Enfer. Il (‘Ibnou Daylamiy) a dit : Puis je suis allé chez ^Abdoul-Lâh ‘Ibnou Mas^oud, qui m’a dit la même chose. Ensuite je suis allé chez Houdhayfah ‘Ibnoul-Yamâni, qui m’a dit la même chose. Ensuite je me suis rendu chez Zayd ‘Ibnou Thâbit, qui m’a rapporté la même chose du Prophète Mouhammad . »

     

    (Rapporté par les Imams ‘Ahmad, ‘Aboû Dâwoûd et ‘Ibnou Hibbân)

     

    Ainsi la croyance en la Prédestination (du bien et du mal, de la douceur et de l’amertume, de la richesse et de la pauvreté, de la santé et de la maladie, etc.) est une condition pour être Croyant. Et cette Croyance comporte deux affirmations :

     

    1. Croire que Allâh :

     

    • Par son Omniscience et sa Volonté sait et veuf[1] de toute éternité ce que les gens feront, qu’il s’agisse du bien ou du mal, d’obéissance ou de désobéissance, de réussite ou d’échec, etc.

     

     

    • Par son Omniscience et sa Volonté sait et veut de toute éternité quels sont parmi les gens ceux du Paradis ou de l’Enfer ; c’est Dieu qui détermine la récompense (réjouissance du corps et de l’âme) ou la punition (châtiment du corps et de l’âme) qu’ils méritent à cause de leurs actes volontaires.

     

    1. Croire que les actes des gens sont non seulement prédestinés, mais qu’ils s’accomplissent suivant la Science et la Volonté de Dieu.

     

    Allâh, l’Omnipotent, a fait que tout soit inscrit dans le Tableau Préservé (‘Al-Lawhoul-Mahfoûdh), conformément à sa Parole :

     

    إِنَّا نَحْنُ نُحْيِي الْمَوْتَى وَنَكْتُبُ مَا قَدَّمُوا وَءاثَارَهُمْ وَكُلَّ شَىْءٍ أحْصَيْنَاهُ فِي إِمَامٍ مُبِين

     

    Ce qui signifie :

     

    « C’est Nous (Dieu) qui ressuscitons les morts. Nous faisons inscrire ce qu’ils ont fait et les conséquences de leurs œuvres. Et Nous avons dénombré toute chose dans un Registre clair (c’est-à-dire le Tablieau Préservé). »

     

    (Qour’ân : sourate 36, Yâçiyn / 12)

     

    Prenons l’exemple de quelqu’un qui sort de chez lui pour aller à son propre mariage. En cours de route, il est victime d’un accident et décède. Il est évident qu’il n’a pas fait ce qu’il voulait. Nous comprenons donc que ce qui nous atteint est inévitable, et que ce à quoi nous échappons ne devait pas, sans nul doute, nous atteindre. Dès lors, les précautions que l’on prend ne changent en rien le caractère déterminé des choses.

     

    Ainsi, dans son livre intitulé « ‘Al-Wasiyyah », l’Imam ‘Aboû Haniyfah résume le tout en disant :

    نقرُّ بأن العبد مع جميع أعماله وإقراره ومعرفته مخلوقا

     

     

    Ce qui signifie :

     

    « Nous reconnaissons que l’esclave de Dieu, ses œuvres, ses paroles et son savoir sont des créations de Dieu. »

     

    Par conséquent, toutes les créations (dont le bien et le mal, l’immensité et la petitesse, la douceur et l’amertume, la guidée et l’égarement, etc.) existent par l’Omnipotence de Dieu, selon son Omniscience et sa Volonté.

    [1]    Ce que Dieu a su et voulu ne veut pas dire qu’Il a su avant de vouloir. La Science et la Volonté de Dieu étant deux Attributs sans commencement, on peut tout aussi bien dire : ce que Dieu a voulu et su. Il ne s’agit donc pas d’une succession de cause à effet indiquant un ordre de priorité. La conjonction de coordination « et » n’est pas utilisée pour admettre un ordre dans le temps, parce que Dieu n’a ni commencement, ni fin, C’est pour nous informer que les choses se passent selon la Science de Dieu et aussi selon sa Volonté.