samedi juillet 20, 2024
    1. L’Ouïe

    Dieu dit :

    أَمْ يَحْسَبُونَ أَنَّا لا نَسْمَعُ سِرَّهُمْ وَنَجْوَاهُم بَلَى

    Ce qui signifie :

    « Pensent-ils que Nous (Dieu) nentendons pas leurs secrets et leurs confidences ? Mais si ! »

    (Qour’ân : sourate 43, ‘AzZoukhrouf / 80)

    Dieu entend tout ce qui peut être entendu, qu’il s’agisse de choses que nous pouvons entendre ou pas. Et son Ouïe, qui est sans commencement ni fin, ne ressemble en rien à la nôtre. En effet, l’homme ne peut entendre qu’au moyen d’organes appropriés (oreilles, conduit auditif, tympan, etc.) qui s’altèrent parfois avec la maladie ou l’âge. En outre, le son que nous percevons doit être émis à une certaine fréquence et intensité pour être audible sans nuisance, car d’après les observations, à 180 décibels, les tympans éclatent. Ainsi, une explosion peut provoquer des lésions auditives irréversibles. L’intensité du son n’est pas seule en cause, la durée d’exposition est aussi nuisible. Mais Dieu, qui n’est ni dans une place ni dans toutes les places, et qui ne ressemble pas à Sa créature, entend tout.

    La preuve que l’Ouïe est rationnellement nécessaire à Dieu est le fait que s’Il n’avait pas pour attribut l’Ouïe, Il aurait été caractérisé par la surdité, qui est une imperfection pour Allâh, ce qui est impossible à Son égard.

    Nous pouvons donc nous adresser à Dieu sans passer par un quelconque intermédiaire. Ce qui n’exclut pas de Lui demander de nous accorder un bienfait par le grade du Prophète Mouhammad , ou d’un Saint.