lundi avril 15, 2024

LA PRIÈRE

LA PRIÈRE

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maItre MouHammad Al-‘AmIn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

AllAh ta3AlA dit dans le Qour’An :

{ أَقِمِ الصَّلاَةَ لِدُلُوكِ الشَّمْسِ إِلَى غَسَقِ اللَّيْلِ وَقُرْءانَ الْفَجْرِ إِنَّ قُرْءانَ الْفَجْرِ كَانَ مَشْهُودًا }

[sOUrat Al-‘IsrA’ / 78] ce qui signifie : « Accomplis la prière quand le soleil  quitte le milieu du ciel (dhouhr puis l3ASr ) et à la tombée de la nuit (maghrib puis 3IchA’ ) et à l’aube. Certes il est recommandé de réciter longuement le Qour’An à l’aube ».

AllAh ta3AlA dit dans le Qour’An :

{ وَأَقِمِ الصَّلاةَ إِنَّ الصَّلاةَ تَنْهَى عَنِ الْفَحْشَاء وَالْمُنكَرِ }

Ce qui signifie : « Accomplis la prière, certes la prière préserve des actes répréhensibles et blAmables », [SOUrat Al-3Ankabout / ‘Ayah 45].

Le Message de AllAh a dit :

« مَن تَوضَّأَ كَمَا أُمرَ وصَلَّى كَمَا أُمِرَ غُفِرَ لَهُ مَا تَقَدَّمَ مِن ذَنبِهِ »

Ce qui signifie : « Celui qui accompli l’ablution – wouDOU’- comme il a été ordonné et qui accompli la prière comme il a été ordonné, il lui seront pardonnés ses petits [péchés] antérieurs », [rapporté par ‘ibnou HibbAn].

AllAh tabAraka wa ta3AlA a ordonné l’accomplissement de cinq prières et Il en a fait la meilleure des œuvres après la croyance en AllAh et en Son messager. Il a fait que pour chacune de ces obligations il y ait un temps connu pour son commencement et sa fin. Il a rendu obligatoire sur nous de les accomplir dans leurs temps. Ainsi, celui qui les accomplit parfaitement aura une grande récompense que AllAh soubHAnahou wa ta3AlA lui a promise.

L’origine de ces horaires est tirée du HadIth de JibrIl 3alayhi s-salAm. Jibril était venu en effet au Prophète  au lendemain de la nuit de l’Ascension, et il a commencé à accomplir la prière de aDH-DHouhr. Il était arrivé auprès du Messager de AllAh lorsque le soleil avait décliné du milieu du ciel et avait dit : « Ô Messager de AllAh, Ô MouHammad, lève-toi et fais la prière de aDH-DHouhr ». JibrIl le dirigea donc dans la prière et il accomplit avec lui aDH-DHouhr.

Ensuite, il était venu auprès de lui lorsque l’ombre d’un objet avait atteint la longueur de l’objet en plus de l’ombre qu’il avait lorsque le soleil était au milieu du ciel, ce qu’on appelle l’ombre au zénith. Lorsque l’ombre d’un objet devient égale à la longueur de l’objet en plus de son ombre au zénith, cela indique la fin du temps de aDH-DHouhr et le début du temps de al-3aSr. C’est à ce moment que JibrIl au premier jour est venu auprès de lui et a accompli en le dirigeant, c’est à dire en tant qu’imam, la prière de al-3aSr.

Ensuite, il était venu auprès de lui lorsque le soleil s’était couché et lui avait dit : « Ô MouHammad, lève-toi et accomplis al-maghrib ». Il accomplit donc avec lui al-maghrib en tant qu’imam lorsque le soleil s’était couché. Puis il était venu auprès de lui lorsque la lueur rouge avait disparu : c’était le début du temps de al-3ichA’. Il lui avait dit : « Ô MouHammad, lève-toi et accomplis la prière de al-3ichA’ ». Il s’était levé et avait accompli la prière de al-3ichA’ en suivant JibrIl.

Ensuite, il revint à lui lorsque l’aube se fut levée, à savoir cette lueur blanche horizontale à l’horizon. Cette blancheur qui apparaIt transversalement à l’horizon est celle qui indique le début du temps de aS-SoubH. Elle indique également le début de l’abstention de nourriture ou de boisson pour celui qui fait le jeûne. Il s’est levé et JibrIl le dirigea dans la prière.

Celui donc qui n’a pas appris ces temps est désobéissant. Les parents se chargent d’un péché s’ils n’ont pas enseigné à leurs enfants les temps des prières ou s’ils n’ont mandaté personne qui puisse les leur enseigner. La voilà la bonne éducation. Car la bonne éducation n’est pas de bercer les enfants dans le luxe, la nourriture, les boissons, les habits ou ce qui est de cet ordre.

Il est un devoir de vérifier les temps de prières par l’observation et il ne suffit pas de se fier à un calendrier basé sur le simple calcul ; ainsi le calendrier donne une idée pour savoir quand observer pour s’assurer de l’entrée du temps de la prière.

LES TEMPS DES PRIÈRES

AllAh ta3AlA dit :

{ إِنَّ الصَّلاَةَ كَانَتْ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ كِتَابًا مَّوْقُوتًا }

[sOUrat An-NiçA’ / 103] ce qui signifie : « Certes la prière a été prescrite pour les croyants dans son temps ».

Le Message de AllAh a dit :

« إنَّ خِيارَ عبادِ اللهِ الّذين يُراعون الشَّمس والقمر الأظلّةَ لذكر الله »

Ce qui signifie : « certes les meilleurs adorateurs de AllAh ceux qui prennent en considération le soleil, la lune et les ombres pour faire la prière », [rapporté par at-Tirmidhiyy] ; dhikrou l-LAh  ici veut dire la prière.

La prière est la meilleure œuvre après la croyance en AllAh et en Son Messager. AllAh a rendu obligatoire cinq prières pendant le jour et la nuit pour tout musulman pubère et sain d’esprit. Il lui est donc obligatoire de les observer et d’apprendre comment commence le temps de chacune d’entre elles et comment il finit. Les cinq prières et leurs temps sont :

–  La prière de adh-dhouhr : (la prière de la mi-journée de quatre rak3ah – de quatre séquences rituelles de la prière –) son temps commence lorsque le soleil s’écarte du milieu du ciel vers le couchant et finit lorsque l’ombre d’une chose quelconque atteint une longueur égale à celle de la chose elle-même plus la longueur de l’ombre qu’elle avait au moment du zénith. On entend par « chose quelconque » un bAton par exemple planté verticalement sur un sol plat. L’ombre au zénith, c’est l’ombre de cette chose lorsque le soleil est au milieu du ciel. Si quelqu’un est debout dans un endroit ensoleillé et que le soleil est au milieu du ciel, on observe qu’il a une ombre. Cette ombre est l’ombre au zénith. Lorsque le soleil dévie vers l’ouest, on observe que son ombre s’allonge et tourne vers le levant. C’est là le signe que le temps de aDH-DHouhr a commencé.

–  La prière de al-3asr : (la prière de la mi-après-midi de quatre rak3ah) Son temps commence à la fin du temps de aDH-DHouhr et dure jusqu’au coucher du soleil. Donc lorsque la longueur de l’ombre d’une chose quelconque devient égale à la longueur de cette chose plus la longueur de son ombre au zénith, le temps de al-3aSr commence et celui de aDH-DHouhr finit.

–   La prière de al-maghrib : (la prière du coucher du soleil de trois rak3ah) Son temps commence après le coucher du soleil c’est-à-dire après la disparition de la totalité du disque solaire, et il finit à la disparition de la lueur rouge. La lueur rouge est la rougeur apparaissant du côté du couchant après le coucher du soleil.

–   La prière de al-3icha’ : (la prière de la nuit de quatre rak3ah) Son temps commence à la disparition de la lueur rouge et finit à l’apparition de l’aube.

–   La prière de as-soubh : (la prière de l’aube de deux rak3ah) Son temps commence à l’apparition de l’aube véritable (al-fajrou S-SAdiq) qui est une lueur blanche transversale à l’horizon est, et il finit au lever du soleil.

Il est un devoir d’accomplir ces obligations dans leur temps, pour tout musulman, pubère, sain d’esprit et pur[e]. Pure signifie que la femme est pure des règles et des lochies. Il n’est donc pas permis de les anticiper ou de les reculer par rapport à leur temps sans excuse valable selon la Loi de l’Islam comme la maladie grave et le voyage avec ses conditions.

LES CONDITIONS DE VALIDITÉ DE LA PRIÈRE

Les conditions de validité sont les choses qu’il est indispensable d’observer avant d’entamer la prière. Ce sont :

1 – l’Islam : la prière n’est donc pas valable de la part d’un mécréant

2 – la distinction : c’est lorsque l’enfant a atteint un Age auquel il comprend la question et sait formuler la réponse. Il est également une condition d’être sain d’esprit et de ne pas être fou.

3 – la purification des deux Hadath : c’est-à-dire avoir le wouDOU’, ne pas avoir eu un petit ni un grand Hadath (avoir la petite ablution et la grande ablution et ne pas avoir eu ce qui annule cela).

4 – la pureté des vêtements, du corps, de l’emplacement de la prière et de ce que l’on porte sur soi : ainsi si on a dans sa poche un morceau de tissu entaché de najAçah (comme l’urine) et que l’on prie avec, la prière n’est pas valable.

5 – couvrir sa zone de pudeur : celle des hommes va du nombril aux genoux tandis que les femmes doivent couvrir tout leur corps sauf leur visage et leurs mains avec ce qui cache la couleur de la peau.

6 – celui qui prie doit savoir que le temps de la prière a commencé.

7 – ne pas croire qu’un des actes obligatoires de la prière est un acte recommandé.

8 – faire face à la Qiblah : il s’agit de la Ka3bah honorée à La Mecque honorée.

Par conséquent, celui qui délaisse l’une de ces conditions, sa prière n’est pas valable.